19/12/2012

Solstice d’hiver

 

.              Au solstice d’hiver nous fêtons le Commencement, le Principe, sur plusieurs niveaux d’approche. Le Divin opère la Création. La lumière née et avec elle la vie. Sur le plan de l’homme c’est la  »germination de la connaissance ». Au niveau de la nature le blé semé en octobre – novembre germe.

.               Le Mythe de la Création présente Taranis (dieu créé des autres dieux) comme le démiurge pénétrant dans l’Autre Monde pour tuer le gardien (un dragon) et libérer la Jument qui recèle en son sein le germe de toutes choses, les forces de vie. C’est alors que « Le Germe éclot, la lumière se diffuse, le monde s’organise, le temps s’inaugure, l’espace se déploie, les dieux commencent à jouer leur rôle ; chaque chose, chaque être, trouve sa place dans un univers parfaitement  »ajusté » » (http://druuidiacto.forumculture.net/les-sacrifices-celtiques-f2/les-sacrifices-rituels-t8.htm Auetos /|) c’est la mise en ordre du chaos primordial et la naissance de la Vie. Pour ce faire Taranis le héros amène avec lui le rameau d’or (le gui) pour se protéger lors de son voyage dans l’Autre Monde.

Le dragon ou serpent est un symbole archétypiel universel, il représente les forces chthonienne. « [...]le serpent prend la forme circulaire, car il est l’image primitive du cosmos. Symbole de l’existence de toute chose, il est la frontière entre le tout existant et le non existant. C’est le néant, mais aussi, le placenta cosmique maternel,[...]. » (Les secrets de la Bible, Roger Sabbah). En réalité le monde dans lequel Taranis  »descend » pour tuer le dragon gardien de la Vie n’est pas un Autre Monde mais c’est bel et bien le notre que le serpent entoure en formant un cercle autour. Au creux du serpent la Vie a toute sa potentialité mais elle est en sommeil et Taranis va la libérer.

La jument est le symbole de la Déesse Epona, jument Divine qui assure le passage des âmes vers l’Autre Monde. En libérant la jument, le démiurge Taranis a mis en mouvement le cycle de mort – renaissance puisqu’il a permis à Epona de transporter les âmes jusqu’alors  »coincées » au creux du serpent/dragon.

Le gui est symbole d’immortalité : il ne change pas d’apparence, le temps parait glisser sur lui. Il permet d’ouvrir le monde sous terrain, d’éloigner les démons. Il rend invincible et est aussi une arme fatale. Il n’en fallait pas moins à Taranis pour vaincre le serpent/dragon et revenir de son voyage sans être embarqué dans le cycle de vie-réincarnation qu’il venait de mettre en route.

.              Le solstice d’hiver marque également la naissance de Bélénos, fils de Taranis et de la Déesse mère. En ce jour le temps de nuit est le plus long mais la tendance est vers le retour à la lumière. La Lumière Solaire que représente Bélénos éclot et va croitre jusqu’au prochain solstice. « Passer du monde obscur à la pleine lumière signifie prendre conscience de sa propre réalité et ne plus avoir de doutes sur la voie à suivre. » La Lumière symbolise la guérison, la renaissance, l’illumination. Il est temps pour l’Homme de prendre conscience de son potentiel de Vie, de connaissance pour qu’il puisse faire grandir sa conscience et retourner au GWENVED. C’est aussi pour cette raison que le solstice d’hiver est la saison du gui qui permet la purification pour atteindre la Plénitude.

Comme à son habitude la tradition Celte nous amène une logique universelle, il ne faut donc pas oublier le blé, symbole solaire qui germe également en cette période du solstice d’hiver et qui nous offre un support symbolique pour notre rituel. Le blé est symbole de la Terre nourricière et est également associé à la nourriture céleste, spirituelle et éternelle. Il permet les transformations amenant vers la libération spirituelle. Il est aussi symbole de Vérité. 

.               Notre synthèse sur le solstice sera très courte : tout part de là, de la Naissance de la Vie.

Écrire un commentaire