Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2016

Corrida versus Course Camarguaise

Entre le souvenir des croisés et celui de Jeanne d'Arc, les félibres voulaient démontrer que les ennemis héréditaires de la nation française et de la chrétienté, de la Provence étaient aussi ceux des libertés méridionales et de la race d'oc, dont le taureau de combat était le parfait représentant.

 

Mais si les corridas étaient – et sont toujours – appréciées en pays camarguais, elles n'en demeuraient pas moins importées, issues de l'étranger donc. Les félibres les défendaient parce qu'ils pensaient que leur éventuelle interdiction porterait inévitablement atteinte à la tauromachie camarguaise, alors dite « course libre », un spectacle d'origine régionale dont certains d'entre eux contribuaient à fixer les codes. Or, comme nous l'avons montré ailleurs (Saumade 1994), cette course à la mode locale constituait le contretype de la corrida, donnant au taureau vivant le protagonisme du spectacle. En effet, l'animal de « race Camargue » était, à l'instar du matador espagnol, mis en valeur sur les affiches-programmes où son nom figurait en gros caractères. Dans l'arène, il était présenté la tête ornée d'une cocarde que ses adversaires « raseteurs » devaient essayer de décrocher contre une prime. Les spectateurs prenaient fait et cause pour le « taureau cocardier » face auquel les raseteurs, recrutés parmi les catégories sociales les plus méprisées – travailleurs saisonniers, forains, grapilleurs, braconniers, etc. – faisaient figure d'agents déstabilisateurs, de véritables décepteurs à l'éthique vénale et au statut marginalisé. Chargé d'un emblème aussi lourd de sens que la cocarde, le bovin de pays apparaissait comme le champion de la « nation méridionale » et même, au-delà, de la patrie tout entière12. Ainsi cet animal que l'on ne tuait pas mais que l'on vénérait, parfois jusqu'à l'immortaliser rituellement (par l'inhumation sous une stèle ou la statufication sur la place publique), s'opposait-il au taureau de race espagnole, soumis et mis à mort par les officiants des corridas.

Les commentaires sont fermés.